fbpx

Les 5 signes du désengagement collaborateur

18 09 2017

La relation entreprise / salarié est avant tout humaine, comme dans un couple où la notion d’engagement est essentielle. Mais dans les deux cas, la distance entre amour et haine peut être assez fine. Alors comment détecter les premiers alertes du désengagement avant qu’il ne soit trop tard ?

Écouter les signaux faibles de la perte de motivation

Il est d’abord important de noter deux choses : premièrement, le collaborateur désengagé est le plus souvent en souffrance. En effet, peu d’entre nous ont pour but dans la vie d’être démotivé au travail et de devenir toxique au point de saper le moral de leurs collègues. Il s’agit le plus souvent du résultat d’un lent processus d’éloignement et d’incompréhension mutuelle, la répétition du quotidien faisant le reste. Et comme dans les amours déçus, les passions les plus torrides peuvent se transformer en haines les plus farouches. Il convient donc d’entretenir la flamme en prenant le pouls régulier de la relation et en s’intéressant aux attentes de chacun.
Ce qui nous fait arriver à notre second point, la détection de ce désengagement doit se faire autant que possible par les proches. Donc dans le cas de l’entreprise, un peu par les collègues et beaucoup par le management de proximité. Permettre des espaces de discussions régulières plutôt qu’un simple entretien annuel est par conséquent indispensable.

Ceci établi, quels sont ces signes qui indiquent la démotivation ?

1 – La baisse de productivité

Sans doute l’élément le plus visible ou tout du moins le plus facile à quantifier. Moins motivé, les résultats deviennent plus difficiles à obtenir. On ne comprend plus vraiment le but de son travail, tout semble plus futile et voué à l’échec. Une chute régulièrement accompagnée d’une augmentation des retards ou des absences.

2 – La recherche d’excuses avant les solutions

Le collaborateur désengagé n’a parfois pas conscience de son propre état. Et puisqu’on y arrive plus, il faut bien trouver une raison. Les coupables ne manquent pas : des clients à la concurrence en passant par la conjoncture ou les outils, tout y passe. Là se mêlent mauvaise foi mais aussi fond de vérité qui rendent l’ensemble difficile à interpréter. Le tout couronné par la dénonciation du manque d’informations et le fameux “je sais pas, on m’a pas dit”

3 – La multiplication des discussions “OFF”

Vu que l’information circule mal (voir plus haut), un réseau souterrain de discussion prend le relai. C’est l’époque de la multiplication des réunions à la machine à café, l’apparition de rumeurs sur la santé de l’entreprise, la remise en cause des compétences de chacun, etc. Mais c’est surtout le moyen le plus viral, la méthode infaillible pour voir le désengagement se propager.

4 – Le repli sur soi

C’est tout le paradoxe, si les conversations en off se multiplient, le salarié devient de plus en plus mutique. Auparavant prompt à apporter des idées ou bien à exprimer son mécontentement, il ne dit aujourd’hui plus rien. Pourquoi ? parce qu’il a la sensation que cela ne sert à rien, puisque aucun changement ou évolution n’est à prévoir. Les valeurs de l’entreprises ne sont aujourd’hui plus les siennes.

5 – Le futur n’existe plus

Aussi étonnant que cela puisse paraître, pour un collaborateur désengagé le travail peut-être un refuge. Un endroit cosy où rien ne se passe si ce n’est le temps, lentement. Il y attend des jours meilleurs mais en aucun cas ne s’implique. Il garde son énergie pour l’extérieur, là où ça vit. Du coup plus d’idées, plus de projets ou de projection, juste faire ce qui est nécessaire car demain n’existe pas. Seul l’instant présent compte.
Les risques de contagion du désengagement sont importants. Celui-ci peut se répercuter sur les collègues mais aussi sur les clients ou l’image de l’entreprise puisque chaque salarié est aussi un ambassadeur. C’est pourquoi il est indispensable de détecter ces signes dès leurs apparitions et d’oeuvrer pour que chacun puisse se sentir compris et épanoui. Car comme le dit Oussama Ammar de The Family “le niveau de votre entreprise est celui de votre collaborateur le moins bon”.

Partagez cet article

Voulez vous voir notre étude sur l'engagement collaborateur ?

Merci ! Vérifiez votre boite email !

Voulez vous voir notre étude sur l'engagement collaborateur ?

Entrez votre e-mail et recevez le lien vers notre étude
"Vous et votre relation au travail"

Merci ! Vérifiez votre boite email !

Newsletter2

Personne n'aime les pop-up

Mais si vous êtes arrivés jusqu'ici c'est sans doute que nos contenus vous intéresse.
Alors pourquoi ne pas les recevoir directement dans votre boite mail ?

Vous êtes désormais inscrits. Merci.